J’ai été victime du stress au travail

Sphère Stress

En 2006 j’étais salarié dans une société de transports.

 

Après 18 ans passés comme employé, j’ai été promu « manager ».

Je n’avais jamais caché a personne mon désir d’évoluer.

Cela c’est fait avec la « bénédiction » de tous...

Ce moment tant attendu m’a rendu très fier et heureux.

J’étais enfin reconnu dans mon travail et validé par ma hiérarchie.

 

Il est probable que j’ai été idiot de penser que tout se passerait bien.

 

 

Je ne m’imaginais pas alors que j’allais vivre un enfer.

Je n’ai pas compris ce qu’il m’arrivait.

Du jour au lendemain je me suis retrouvé entre le marteau et l’enclume.

Entre mes « collaborateurs » et ma « direction ».

J’étais devenu celui sur lequel on pouvait taper, et, taper fort...

La jalousie de certains de mes anciens collègues et d’autres managers les ont rendu féroces à mon encontre.

Je me suis dépensé sans compter.

Essayant de faire de mon mieux, d’accomplir ma mission en appliquant des directives toujours plus lourdes, changeantes, jamais expliquées.

Le tout sous les reproches incessants des uns et des autres et sans le moindre soutien.

Cela c’est ajoutée à une vie de couple en phase terminale et 700000 de problèmes immobiliers.

 

Après plusieurs mois soumis à ce régime, je ne dormais plus.

 

J’avais le sentiment d’être prisonnier dans une impasse de souffrance.

Je n’ai pas fait de « burn out » ou je ne l’ai pas su !

De toutes façons à l’époque ça n’existait pas !

Je n’avais pas de solution pour que tout ça s’arrête.

Sauf une, définitive.

J’y ai pensé très très sérieusement, allant jusqu’à installer la corde pour me pendre.

Avec le recul, je crois que je n’étais pas encore arrivé au stade où l’on passe vraiment à l’acte, mais j’en ai été très proche.

 

En pleine tourmente: une idée  .

 

Replonger dans la boite a outils de mes savoirs.

Un peu comme on joue sa dernière carte.

Peut-être y avait-il quelque chose d’utile ?

Petite information qui a son importance: en 1999 après deux années d’études j’avais obtenu mon diplôme de sophro-relaxologue. Dans l’impossibilité matérielle de pouvoir m’installer, j’avais laissé tout ça de côté pour un jour peut-être.

Donc ma question était :

 Qu’est-ce qui peut m’aider à rendre supportable l’insupportable ? 

Y a-t-il un moyen d’atténuer la puissance des coups au cœur et au moral qui me sont assénés à longueur de temps ?

J’ai cherché la réponse parmi ce que j’avais appris.

Je me suis remis dans la pratique de la relaxation, de la respiration et de la méditation.

 

J’ai pris rendez-vous avec moi…

 

Ça faisait longtemps que je m’étais perdu de vue.

Petit à petit, j’ai ré-appris à faire baisser la tension qui habitait mon corps et mon esprit.

J’ai ré-appris a mettre de la distance entre moi et les pressions que l’on me faisait subir.

En travaillant avec un outil simple, je me suis retrouvé.

J’ai pu faire face et supporter le « bouquet final » !!!

Au bout d’une année ma direction, après m’avoir pressé comme un citron, m’a fait savoir que je ne faisais pas l’affaire et m’a rétrogradé.

Humiliation finale, j’ai retrouvé mon grade « d’employé » sous les quolibets de mes ex-collaborateurs avec des réflexions du type :

« Comment tu peux supporter ça TOI ? »

« MOI à ta place j’aurai démissionné ! »

Bien sur !

Et tu fais comment « TOI » avec 4 enfants a charge, le surendettement et les menaces d’ huissiers ?

Tu la nourris comment ta famille TOI ?

Moi, j’ai mangé ma cravate, ma fierté, j’ai baissé la tête mais je suis resté debout.

Je savais qu’un jour je partirai.

 

Je peux dire, avec le recul, que cette étape de ma vie aurait pu être dramatique.

 

 

Elle est pourtant fondatrice de ce que je suis aujourd’hui.

J’ai quitté cette entreprise dès que j’en ai eu la possibilité.

La porte de ma cage s’est ouverte trois ans après cette année en enfer.

Nous (pour le coup nous étions deux) avons réglé nos problèmes financiers (vente de tout ce que nous avions) et de couple (divorce).

J’ai ouvert mon cabinet de thérapeute.

Je me suis intéressé et formé, pour l’avoir vécu de très près à la gestion du stress et des risques psychosociaux.

 

Sans cet outil:

il est très probable que je ne serai pas entrain de vous raconter cette histoire.

 

 

 

Vous vivez une situation semblable?

 

 

 

Vous n’êtes bien entendu pas obligé d’attendre, comme moi, que la situation soit si dramatique.

Il est même fort judicieux d’éviter d’en arriver là.

 

Alors ce lien peut vous être très utile:

https://biendansnosvies.fr/produit/6-semaines-pour-etre-zen-avec-votre-stress/